Les temps des essais et le classement des 24H du Mans 1970

Classement des 24 heures du Mans 1970

Victoire de la Porsche 917

 

Richard AttwoodDès le départ, Elford et Siffert s'envolent et distancent les Ferrari, d'autant que Giunti disparaît très vite, moteur cassé.
La course tient toutes ses promesses, car à la rivalité Porsche-Ferrari s'ajoute une émulation très vive entre les pilotes de 917. Elford et Siffert bataillent ferme.
 
On assiste à un véritable Grand Prix mais à 2h00 du matin, les lièvres tirent leurs révérences.
 

L'évolution des formes de la Bugatti T57 à la Porsche 917

24 heures du Mans 1971. Porsche 917LUn des problèmes techniques spécifique aux 24 heures du Mans est l’aérodynamique. Longtemps, la course s’est gagnée ou s’est perdue dans la longue ligne droite des Hunaudières.

Hans HerrmannPorsche fait bien sûr figure de favori avec ses 917. La course se résume à une confrontation entre huit Porsche 917 (12 cyl. à plat, 4,5 ou 5 litres) et onze Ferrari 512s (V12; 5 litres, 550 cv à 8500 tr/mn) dont huit "longues queues'
 
Une course ou les lièvres ne tiendront pas, laissant la vedette à un équipage d'expérience.
 
 

Bob WollekBob Wollek associé à Ronnie Peterson ?
Parmi les mystères du Mans figure encore le nombre de participations effectives de Bob Wollek aux 24 heures . Au cours d’une interview datant de juin 1994, le pilote Alsacien nous livre un scoop que le journaliste n’a hélas pas remarqué.

Le Mans 13, 14 juin 1970

Après le règne Ford et sa défection pour l’édition 1970, la course est réouverte. Porsche, fort de ses succès à Daytona, Monza, Brands Hatch et Spa fait bien sûr figure de favori avec ses 917. La course se résume à une confrontation entre huit Porsche 917 (12 cyl. à plat, 4,5 ou 5 litres) et onze Ferrari 512S (V12; 5 litres, 550 cv à 8500 tr/mn) dont huit modèles à carrosseries longues dites "longues queues".

1970 Les débuts du moteur rotatif aux 24 heures du Mans

lm1970 48 Chevron B16 MazdaFélix Wankel est né le 13 août 1902 à Lahr. Cet ingénieur allemand se passionne très jeune pour la mécanique et travaille pour BMW puis Daimler-Benz. En 1954, il propose son projet de moteur rotatif à NSU.