Peter FalkPeter Falk fût Directeur du service course chez Porsche et l'un des artisants de 7 victoires du constructeur allemand aux 24 heures du Mans.

De la 911 à la 962, il est un des rouages incontournables des succès commerciaux et des victoires en compétition de la firme de zuffenhausen.

 

 

« Ma première impression au volant de la 911, l’hiver 1962/63, a été tout  simplement horrible: La voiture titubait, ne tenait pas le cap, survirait beaucoup trop, réagissait traîtreusement aux changements de direction et aux vents latéraux. J’ai vraiment été très surpris, mais pas en bien » explique Peter Falk

Dès lors, la mission du spécialiste des châssis était claire : Apprendre à conduire la 911.

Avec Herbert Linge et une petite équipe, animé par un enthousiasme inébranlable, après bien des nuits blanches et d’innombrables essais, il mène la 911 au niveau de la production en série, en 1964.

 

Objectif suivant ?

Comme d’usage chez Porsche, c'est le perfectionnement permanent de la nouvelle construction. Comme Peter Falk est non seulement un théoricien, mais aussi un praticien passionné, il s’installe aux commandes en qualité de copilote d'Herbert Linge lors du Rallye Monte-Carlo 1965.

Monte Carlo 1965 - Porsche 911

La course se déroule dans des conditions météorologiques dantesques. La Porsche 911 2.0 révèle pour la première fois ses qualités en compétition internationale. Après 4 600 km de routes enneigées, seules 22 voitures franchissent la ligne d’arrivée sur les 237 alignées au départ. Peter Falk et Herbert Linge finissent le rallye avec une victoire au classement par catégorie et une excellente cinquième place au classement général. Avec un réservoir d’essence de 100 litres, des rapports de boîte plus courts, un différentiel autobloquant et un châssis sport, cette 911 pionnière était parfaitement taillée pour affronter les rallyes.

 

Comment Peter Falk gagne des courses ? En gardant un œil sous le capot !

En 1969, Porsche devient pour la première fois Champion du monde des voitures de sport avec Peter Falk promu ‘Responsable du développement et de la compétition’. Le triomphe suivant ne se fait pas attendre : En 1970, Porsche remporte sa première victoire au classement général des 24 heures du Mans. Peter Falk récolte les fruits de plusieurs années de travail.

Les gènes gagnants de ses voitures ne sont pas développés uniquement sur la planche à dessin ou devant l’ordinateur, son coup d’œil sous le capot reste une constante. L’expérience et l’intuition lui inspirent les bonnes décisions, même parfois à l’encontre d'équations purement mathématiques.

Peter Falk a la voiture dans le sang. Rien de bien surprenant à ce que le constructeur allemand connaisse ses meilleures heures en compétition avec Falk comme Directeur. La triple victoire au Mans de la 956 et la victoire au Paris-Dakar par la 911SC 4x4 en 1984 figurent en bonne place dans un palmarès très riche.

 

 

Les 24 heures du Mans 1987

" En 1987, au Mans, nous voulions engager comme à notre habitude trois voitures, nous avions également construit une quatrième 962 en réserve. Les pilotes avaient l’habitude de tester toutes les voitures à Weissach avant de nous rendre en France. Hélas, Hans-Joachim Stück endommaga irrémédiablement une des voitures, il n’en restait donc plus que trois."

" Dans l'une des séances d'essais libres, Price Cobb eu un grave accident.  Nous avons donc pris part à la course avec seulement deux voitures. Après seulement une heure de course Jochen Mass est rentré au stand. Son moteur était cassé suite à un problème de piston."

"Il restait 23 heures de course à faire et il nous n’avions plus qu’une seule 962, celle de Stuck, Derek Bell et Al Holbert."

"La situation était extrêmement compliqué et stressante pour moi en tant que Directeur du service course comme pour l’ensemble de l’équipe. Que pouvions-nous espérer avec une seule voiture ?".

"Ça s'est finalement bien passé. Nous avons gagné."

Porsche se retirera de la compétition en 1988.

 

1932 Naissance à Athènes, fils d’un archéologue
1959 Après des études en mécaniques avec spécialisation en technique automobile, il devient ingénieur d’essai
1969-1982 Responsable Prédéveloppement et compétition.
1982-1988 Directeur du service compétition.
1988-1993 Responsable du développement des châssis