Victoire en Imsa GTP aux 24 heures du Mans 1986

La première apparition d’un châssis March au Mans date de 1975 mais la première apparition officielle de March date de 1982. Le Richard Cleare Racing est une petite écurie privée dont le but est de terminer les 24 heures sans objectif sur le classement final.


 
 
L’équipe est venue avec un vieil autobus aménagé en camping-car. Peu de moyen face au concurrent direct Mazda, mais peu importe le résultat, il faut être à l’arrivée.
 
Richard Cleare a créé son écurie en 1980. Il participe aux courses du championnat d’endurance sur une Porsche 934. Sa première apparition au Mans date de 1981, mais sa demande d’engagement n’est pas acceptée. Il reviendra en 1982 avec plus de succès puisqu’il remporte avec Tony Dron et Richard Jones le groupe 4 sur la Porsche no 90. En 1983, il revient avec une Porsche CK5 mais abandonne rapidement sur des ennuis de turbo. Fin 1985, il rachète la March 85G (châssis 6) à l’américain John Kalagian. C’est la descendante de la March type 82, première voiture conçue par le jeune Adrian Newey et dont l’aérodynamique à été supervisée par Max Sardou.
 
La March 85G débute en Europe à l’occasion des 1000 km de Silverstone le lundi 5 mai 1986 afin de préparer au mieux les 24 heures du Mans. L’équipage se compose de Richard Cleare, de l’autrichien Franz Konrad et du manceau Lionel Robert. Une casse moteur dés les essais va contrarier les plans de l’équipe. La March no 21 s’élance finalement dans la course alors que les leaders ont effectués 68 tours. Franz Konrad abandonnera 40 boucles plus tard victime d’un problème de turbo.
 
Cette March 85G est propulsée par un moteur Porsche type 962 de 2856 cm3. Equipée d’un seul turbo, la voiture est admise dans le groupe IMSA-GTP au départ des 24 heures du Mans 1986. L’équipage de la March 85G no 21 se compose de Richard Cleare, du pilote américain Jack Newsum et du jeune espoir français Lionel Robert.
 
 

Lionel Robert

Lionel Robert a commencé par le Karting en 1979 avant de remporter le volant ACO/Gitanes en 1983. La récompense est une saison de formule Renault financée par l’Aco et Gitanes, il débute en monoplace en 1984. Le championnat de formule Renault est relevé avec sur la grille des débutants aux dents longues qui feront parler d’eux par la suite. Jean Alesi, Yannick Dalmas, Eric Bernard, Erik Comas, Fabien Giroix, où Michel Trollé.
 
Les débuts de Lionel Robert sont encourageants, l’Aco et Gitanes décident de le soutenir une année supplémentaire. Il remporte quatre victoires sur les douze courses du championnat 1985 et devient vice-champion de France de Formule Renault Turbo. Pour l’année 1986, l’étape suivante est la formule 3 avec le soutien de Gitanes. Hélas, au dernier moment, la Seita se désengage car Guy Ligier en manque de budget pour son écurie de F1 a demandé une rallonge à la Seita.
 
Le jeune pilote sarthois privé de budget se retrouve sans volant. Localement, il appelle à l’aide et va réunir un club de supporters. Les fonds collectés auprès des 500 fanatiques sont insuffisants pour faire une saison complète au plus au niveau, mais ils permettent de faire deux ou trois courses dans une monoplace correcte afin de se mettre en évidence. (Ce qu’il a déjà fait en terminant 3ème du GP de Pau en formule Renault fin mai puis confirmera en fin de saison en remportant la victoire à Ledenon dans le championnat B de F3).
 
Faute d’un calendrier complet en monoplace, Lionel Robert se décide à participer aux 24 heures du Mans. (Il participera ensuite aux 24 heures de Spa sur la BMW 635 Csi de Jean Pierre Castel). Dans un premier temps, proche d’un accord avec Jean Philippe Grand pour piloter une Rondeau, il décide finalement de rejoindre l’écurie anglaise de Richard Cleare pour piloter la March 85G.
 

24 heures du Mans 1986

affiche 24 heures 1986

Trois concurrents seulement dans la catégorie IMSA-GTP. Il suffira donc de terminer pour être sur le podium. La concurrence se nomme Mazda avec deux 757 aussi belles que performantes. Dotées d’un moteur tri-rotor d’environ 500cv, elles sont les favorites logiques du groupe. M. Yamamoto, président de Mazda assiste à l’épreuve.

 

Concurrent

Voiture

Equipage

21

Richard Cleare Racing

Marche 85G

Cleare-Robert-Newsum

170

MazdaSpeed

MAZDA 757

Kennedy-Galvin-Dieudonne

171

MazdaSpeed

MAZDA 757

Katayama-Terada-Yorino

 

24h lemans 1986 170 Mazda 757 24h lemans 1986 170 Mazda 757
 

 Mercredi 28 Mai 1986, 1ère journée d’essais

Les essais sont vite abrégés suite à la sortie de Jack Newsum dans le bac à graviers du nouveau virage de Mulsanne. La journée est perdue.

 

Jeudi 29 Mai 1986, 2ème journée d’essais

Lionel Robert prend enfin le volant de la March.

 

Lionel Robert

 

Lionel Robert a participé régulièrement à des courses de 24 heures, mais c’était en cyclomoteur et en kart. Il découvre simultanément le grand circuit du Mans et la conduite d’un proto. L’apprentissage sera rapide puisqu’il réalise le meilleur temps de la voiture en 3’47’’32. Cette performance place la voiture en 32ème position sur la grille de départ.

lm 1986 21 March Porsche

 

 

 
 

Position

Voiture

Equipage

25ème

171

MAZDA 757

Katayama 3’43’’31-Terada 3’48’88-Yorino 3’45’90

29ème

170

MAZDA 757

Kennedy 3’44’’74-Galvin 3’48’’22-Dieudonne 3’45’’49

32ème

21

March 85G

Cleare 4’00’06-Robert 3’47’’32-Newsum 3’53’90

 

Une 3ème Mazda portant le n° 170T est présente uniquement comme voiture de réserve et n’est pas admise à la course.

Lionel Robert

 

Samedi 31 Mai 1986

La performance du jeune frenchie donne confiance à l’équipe, on lui propose donc de prendre le départ.

 

le mans 1986 Mazda lm 1986 21 March Porsche

 

Après une heure de course, la Mazda no 171 est en tête du groupe (22ème), devant la Mazda no 170 (23ème) et la March (35ème).

17h35 Jack Newsum effectue un tête à queue sans gravité au Tertre Rouge.

20h00 Les Mazda sont étonnantes de vélocité. Elles pointent en 13ème et 14ème place au classement général au milieu des groupes C. La March est 30ème.

Lionel Robert

20h03 Terrada au volant de la Mazda 171 en tête du trio IMSA-GTP s’immobilise à Arnage avec un souci de transmission. Il ne repartira pas. La Mazda 170 reprend le flambeau.

0h27 La March rentre au stand avec un problème d’échappement. On répare gentiment, calmement, dans une ambiance purement amateur. On ne cherche pas à optimiser le temps d’arrêt. Peu importe la durée de l’immobilisation, il faut être à l’arrivée.

1h49 La Mazda no 170 qui dominait s’arrête au poste 122, victime elle aussi d’un problème de transmission. C'est l'abandon. Pour la March toujours immobilisée, la route est libre.

1h58 Après une heure et demie de mécanique, Lionel Robert reprend enfin la piste en 28ème position au général.

Durant la nuit, Lionel Robert tourne régulièrement 15 secondes au tour plus vite que ses coéquipiers. Peu éprouvé et en totale confiance, il propose au team-manager de faire davantage de relais. La réponse est hélas négative. Le pilote américain a financé l’équipe pour faire huit heures de manège, le planning initial sera donc respecté même si le résultat au classement général final doit en souffrir.

lemans 1986 21 March Porsche 85G lm1986 21 March Porsche

La fin de course sera plus calme. A l’arrivée la March 85G Porsche termine en 14ème position et remporte le groupe IMSA-GTP.

 Course : 14ème
Distance : 4041 km
Moyenne : 168,38 km/h

Meilleur tour en course 3’46’’5

Qualifications : 32ème
Temps : 3'47"32
Moyenne : 214,239 km/h

Position heure par heure

1h

2h

3h

4h

5h

6h

7h

8h

9h

10h

11h

12h

13h

14h

15h

16h

17h

18h

19h

20h

21h

22h

23h

24h

35

35

36

30

25

23

21

20

21

29

24

22

20

19

19

18

16

15

15

15

13

13

13

14

 

Lionel Robert

 

Remerciements

Je remercie Lionel Robert pour sa disponibilité, son amabilité et la mise à disposition de photos.
 
Sa passion pour le sport automobile est toujours présente. Il dispute le Chalenge 2008 d'Endurance Moderne VdV sur une Norma du Team IRS et à obtenu la victoire aux 3 heures du Val de Vienne. Ce succès s'ajoute à ceux obtenus en GTV3 lors des 4000 km de Magny Cours 2008 et sur l'Eurospeedway au volant de la Porsche 997 Cup du Champion Racing.
 
Je remercie également Philippe Morinière, Patrick Martinoli et Dominique Clousier pour les photos.