Remettre en cause des résultats officiels et largement diffusés, c’est un peu comme s’attaquer à l’Everest en tong. Cependant, grâce entre autres à l’accès en ligne à de nombreux journaux numérisés, il est possible de constituer de solides arguments, qui a défaut de refaire l’histoire, permettent au minimum de remettre en doute certaines vérités.
 
Maurice Benoist ? Ne serait-ce pas plutôt Robert Benoist qui pilotait la Salmson aux 24h du Mans 1923 ?
 
 

 

L’arrivée massive d’internet dans les foyers a permit l’éclosion de bistrots numériques de quartiers dénommés ‘forums’, ou à défaut d’y étancher sa soif, on peut y échanger sur ses sujets de prédilection. On ne trouve malheureusement ni cacahuètes ni pastis, mais c’est un moyen de blablater, d’échanger, de partager et de confronter des avis, parfois divergents, avec d’autres mordus de régions ou de pays éloignés, mais à la passion commune. 

 

Le sujet du moment soulevé par Marc, un internaute belge, concernait Maurice Benoist et son doute sur sa participation à la première édition du Grand Prix d’Endurance des 24 heures du Mans en 1923.

Maurice Benoist ? Ne serait-ce pas plutôt Robert Benoist qui pilotait la Salmson aux 24h du Mans 1923 ?

En effet, livres, revues, reportages et classements officiels mentionnent un équipage Maurice Benoist-Ramon Bueno sur la Salmson n°33. Nul ne doute que Maurice Benoist fût pilote au Mans sur EHP puis Tracta en 1925, 1928 et 1929. Cependant, l’interrogation est légitime puisque son frère, Robert Benoist était à ce moment-là pilote de l’écurie Salmson, et qu’il représentait la marque aux quatre coins de l’Europe dans les compétitions.

 

Est-ce une inversion dans les prénoms ? Comment expliquer que Robert, pilote officiel Salmson puisse manquer la course du Mans et que dans le même temps son frère Maurice, jusque-là inconnu dans le milieu du sport automobile, prenne sa place au volant ?

Faute de témoins vivants, la clé de l’énigme se trouve dans des écrits ou photos. Les archives numériques en ligne foisonnent mais les photos des pilotes de l’équipe Salmson aux 24h du Mans 1923 sont rares et les écrits de l’époque mentionnent très peu souvent les prénoms.

Un premier pas important sera fait avec l’identification visuelle et sans ambiguïté possible de Robert Benoist comme passager de la Salmson n°33 lors des vérifications techniques du pesage 1923.

Ce n’est certes pas suffisant pour prouver que Robert Benoist pilotait la voiture en course, mais ce premier indice prouvait que la question d’origine était bien-fondée et surtout que Robert était présent au Grand Prix d’Endurance 1923.

 

Si Robert était présent dans l’équipe, pourquoi aurait-il abandonné son volant à son frère, qui de son côté ne figure sur aucune photo de l’épreuve ?

L’épluchage de la presse et des archives personnelles n’est pas facilité par les coquilles ou des écrits parfois contradictoires. Le salut viendra du journal l’Auto, co-organisateur de l’épreuve, qui sur sa 1ère page du 28 mai 1923 publie dans un article consacré à Salmson :

« Il faut aussi ne pas passer sous silence la sportivité de la marque et de ses représentants ; qui étaient les seuls le dimanche précédent à courir le Bol d’Or et qui dimanche, représenteront nos couleurs au Trophée Armangué. Cette épreuve ayant obligé d’ailleurs Desvaux et Benoist, les coureurs de Salmson dans cette dernière course, à prendre leurs douze heure de conduite dès le début de la course, pour prendre immédiatement le train à destination de l’Espagne, en laissant leurs volant à leurs coéquipiers  Casse et Bueno. »

Il n'y a que deux pilotes sur la photo des Salmson à l'arrivée. (Celui en cravatte au centre n'est pas un pilote)
Ne cherchez pas Desvaux ou Benoist, ils sont dans le train en direction de l'Espagne.

 

L’article du journal espagnol ‘Stadium’ commente largement le Trophée Armangué 1923. Lucien Desvaux et « R.Benoist » s’y mettent en évidence en terminant respectivement 1er et 2ème de l’épreuve. La photo de R.Benoist au volant de la Salmson arborant le n°14 est sans ambigüité, il s’agit bien de Robert Benoist.

L’article de ‘La Jordana Deportiva’ confirme les mêmes informations en mentionnant explicitement et à plusieurs reprises « Robert Benoist ».  Des photos et même un autographe viennent conforter le tout.

 

Robert Benoist était donc bien pilote de la Salmson n°33 comme équipier de Ramon Bueno lors des 24 heures du Mans 1923.

Enquête menée par les Sherlock Holmes du Forum Motorlegend

 

Le détail des recherches sur forums motorlegend, avec les preuves photographiques, l’enquête débute à partir de la page 13 avec un message de 'Marc' le 25 janvier 2015 à 18h08

 

Ce premier Grand Prix d'Endurance de 1923 avait déjà été le fruit de discussions et de remises en cause. Vous en trouverez le détail ici : 24h du Mans 1923, enquête et corrections

La liste des concurrents du Grand Prix des 24 heures du Mans 1923 corrigée En dehors de ce site et de 24h-en-piste, il y a peu de chances que vous trouviez un classement à jour de cette course sur internet.