Les débuts de Tom Kristensen

Tom KristensenTom Kristensen est né le 7 juillet 1967 à Hobro au Danemark. Dés 1978, il participe à ses 1eres compétitions de kart et il termine vice champion du Danemark de sa catégorie (pop2-class) en 1980. Les succès s’enchainent et en 1985, ce sont ses débuts dans les compétitions internationales. Il bataillera notamment avec un certain Mika Hakkinen. En 1987, il termine 2eme du championnat du monde de Karting.

1988, il teste une formule 3 et va prendre part à des manches du championnat d’Allemagne en 1989. Les illustres participants s’appellent Michael Schumacher, Heinz-Harald Frentzen et Karl Wendlinger. Il sera Champion d’Allemagne de formule 3 en 1991 et terminera 3eme du championnat du monde de karting qui se dispute au Mans. Le vainqueur est un jeune italien, Jarno Trulli.

Faute d’un budget suffisant pour accéder à la formule 3000, il accepte la proposition du Toyota Tom’s Team pour participer au championnat du Japon de F3. Toyota souhaitant s’engager en F1, c’est une opportunité d’arriver un jour dans la catégorie reine. Il va y côtoyer Jacques Villeneuve. En levée de rideau du GP de F1 du Japon, il remporte la victoire sous les yeux de tous les directeurs d’écuries. Cette même année, il aura l’occasion de prendre le volant d’une Skyline et de tester la TS010.

Il est sacré Champion du Japon de F3 en 1993.

En 1994, il pilote pour l’équipe Cerumo

1995 il fait le championnat de F3000 et le championnat JTCC.

Il espère débuter aux 24 heures du Mans sur une Mc Laren F1 avec JJ Lehto et Masanori Sekiya. Hélas, au dernier moment, Yannick Dalmas lui sera préféré. La Mc Laren remportera l’épreuve.

1996 C’est le retour en Europe. Bien que réalisant la pole position à Pau pour ses débuts dans le championnat de F3000, les saisons 96 et 97 ne seront que des désillusions. Minardi lui offre cependant un test F1 à Barcelone.

 

Mercredi 4 juin 1997, Tom Kristensen est contacté par le Joest Racing pour piloter la TWR/Porsche lors des 24 heures du Mans. Reinhold Joest recherche en effet un 3eme pilote pour épauler les expérimentés Michele Alboreto et Stephan Johansson, deux ex pilote F1 Ferrari. A 10 jours de la course, le temps de réflexion est court. Le 6 juin, le contrat est signé.

« Tout est arrivé si vite. J’ai été contacté le Mercredi précédent la semaine du Mans. Le vendredi je prenais l’avion en direction de Francfort avant de rejoindre l’équipe dans le petit village d’Affolterbach. Je signais le contrat mais la voiture était déjà en route pour le Mans. Pour prendre mes marques, je du m’installer dans un baquet de Michele à bord d’un ancien châssis. Le déplacement au Mans se fît à bord du jet privé de Reinhold Joest. Le lundi soir nous nous sommes posés sur l’aéroport à proximité du circuit. J’ai fait connaissance avec le reste de l’équipe et mes co-équipiers Stephan Johansson et Michele Alboreto. Le mardi j’effectuais un tour dans la voiture et le mercredi matin je m’absentais pour un test F3000 en Autriche avant de revenir le soir, pour participer aux essais nocturnes ».

24h lemans 1997 Tom Kristensen

« Alboreto a réalisé la pole et a pris les devants mais les deux Porsches usines équipées de réservoirs plus grands n’avaient pas besoin de ravitailler aussi souvent que nous. Peu de temps avant minuit, j’ai fait mon 1er relais et j’ai tourné dans les mêmes temps qu’Alboreto, à 2 minutes derrière les deux Porsche. A 4 heures du matin, lors d’un nouveau relais dans la TWR-Porsche, je suis remonté sur les leaders. On m’autorisa à accélérer et vers 5h30, le team manager Ralf Jüttners m’a annoncé par radio, « Bien jouer Tom., tu viens juste de battre le record du tour d’une seconde et demie ».

Mes pneus étaient biens, alors il m’interrogea si je pouvais enchainer un 4ème relais  pour continuer à mettre la pression sur les Porsche. J’étais trop content et j’ai accepté, mais après  le relais j’étais physiquement détruit. Dotée d’une boite manuelle en H sans servo et ayant à piloter dans un siège inadapté, la Twr était une voiture très physique. Une demi-heure plus tard, la Porsche de tête sortit de la piste, ceci nous remotiva. Nous étions juste derrière l’autre Porsche d’usine à 2 heures de l’arrivée lorsque celle-ci abandonna suite à un incendie (ndlr 13h40). A partir de ce moment, la victoire était en vue et je n’oublierai jamais ce podium devant une foule de plus de 100000 personnes.»

24h lemans 1997 podium

 

Après 4 saisons de F3000, les derniers espoirs d’atteindre la formule 1 tombent à l’eau. Fin 1997, Tom s’engage avec Honda pour disputer le ‘German Super Touring Car ‘ et signe pour BMW pour participer au Mans.

Mon choix était clair et tactique. J’ai réalisé que mes chances de gagner Le Mans en 1998 étaient minces, aucun constructeur, pas même BMW ne pouvait construire une voiture gagnante dés la 1ere année. Vous devez tester, tester et encore tester avant qu’une voiture de haute technologie puisse bénéficier de façon optimale des énormes quantités de paramètres. J’ai signé un contrat de deux ans en espérant que la voiture serait parmi les favorites l’année suivante, mais la raison 1ere de mon choix était que BMW construisait la voiture en partenariat avec l’équipe de formule 1 Williams. J’espérai ainsi à travers le projet LeMans me faire remarquer par le monde de la F1 »

Parallèlement, Minardi lui offre un test F1 et Tom laisse une bonne impression. En février, Minardi lui propose un contrat de 6 courses à la condition qu’il trouve un budget d’un million de dollars. Hélas, sans sponsors, il ne pu réunir cette somme et tira un trait définitif sur la F1. Aujourd’hui, il ne regrette pas son choix.

 

Pour les 24 heures du Mans 1998; Tom Kristensen est associé à l’anglais Steeve Soper et à la légende allemande Hans-Joachim Stuck.

La BMW-Williams effectua ses premiers essais en mai sur le circuit du Mans lors des pré-qualifications. Il a beaucoup plu au début de la qualification, mais la BMW était parmi les voitures les plus rapides. Lorsque la piste s’assécha, Tom chaussa des pneus neufs pour vérifier le potentiel de la voiture. Peu avant la courbe d’Indianapolis, à près de 320 km/h l’avant de la BMW s’est soudainement soulevé. Par miracle, le pilote a réussi à maintenir la voiture sur la piste. Patrick Head et son équipe détectèrent un châssis mal monté.

24h lemans 1998 bmw-williams

Dés le départ de la course, les très véloces Bmw prennent la tête avant de devoir ravitailler assez tôt. Des problèmes de vibrations dans les trains avants et arrières du en partie aux roulements seront à l’origine de l’abandon de la BMW no 2 de l’équipage Cecotto/Martini/Winkelhock. La seconde BMW souffrant des mêmes soucis, l’écurie BMW se retirera volontairement de la course par sécurité.

Grosse surprise après le Mans, lorsque Tyrell sur le point d’être racheté par Bar, lui propose deux essais.

 

1999. Après une difficile année 1998, Bmw développe une nouvelle voiture. Tom Kristensen fera équipe avec le finlandais JJ Lehto et l’allemand Jörg Müller. Dés les 1ers essais à Jarama, Tom Kristensen bat le record de la piste et le nouveau trio remporte les 12 heures de Sebring aux USA, mais Mercedes, Toyota et Nissan n’ont pas fait le déplacement. Pour les pré-qualifications du Mans, L’équipe BMW-Williams engage trois voitures pour collecter le maximum d’informations. La voiture du pilote danois est décorée par un artiste international dans la pure tradition BMW. Après Andy Warhol et Roy Liechtenstein, l’honneur revient cette fois-ci à l’américain Jenny Holzer.

Après quelques tours Yannick Dalmas sort à vitesse très élevée près de Mulsanne. Comme l’année passée, les ingénieurs vont passer de nombreuses heures pour trouver l’origine du problème. L’équipe se décidera à faire des choix sages entrainant des performances moindres. Mercedes et Toyota sont les grands favoris. Dotés de carrosseries fermées, le règlement leur impose des pneus plus étroits. Profitant de leur moteur turbo et de gommes tendres, elles seront au-dessus en qualification. L’avantage des BMW se situe dans un registre totalement différent. Les pneus sont plus endurants et le V12 plus économe en carburant, la BMW gagnera donc du temps lors des ravitaillements.

24h lemans 1999 17 bmw v12 lmr

Dés le départ, les Mercedes et Toyota prennent les devants pendant que Kristensen tente de préserver ses pneus. Alors que les turbos ravitaillent, Tom Kristensen prend la 1ere place. Les positions en tête vont varier en fonction des ravitaillements mais il devient évident que la BMW est la plus compétitive. Aux environs de minuit, Tom bat le record du nouveau circuit. Mercedes se retirera après l’envolée de Peter Dumbreck. Chez Toyota, Brundle a abandonné et Boutsen est sorti de la piste. La dernière voiture japonaise, celle de Katayama, est loin au classement. La BMW mène avec près de quatre tours d’avance, mais le Mans est une course impitoyable. JJ Lehto aborde les courbes Porsche quand la pédale d’accélérateur coince. Le pilote finnois n’a hélas pas le temps de réagir et il tape le muret en béton. Les dégâts semblent à première vue réparables, mais JJ Lehto est sonné, c’est l’abandon. Cet épisode reste l’un des moments les plus douloureux de la carrière de Kristensen.

« Nous avions fait un super boulot, nous roulions étonnamment vite tout en économisant la voiture, bien que certain aient pu prétendre le contraire après la course. La cause de l’accident est du a un amortisseur qui s’est effondré et la barre anti-rouli est venue coincer la commande de gaz de 6 des 12 cylindres. Vous ne pouvez pas prévoir ce type d’incident dans une course aussi difficile que Le Mans »

La victoire revient à la 2eme BMW. « C’est comme si j’avais dansé avec la plus belle fille de la planète toute la nuit, et qu’au petit matin elle parte rejoindre mon frère ».

 

Tom Kristensen testera la Williams F1 sur le circuit de Magny-cours.

BMW ne souhaitant pas remettre son titre en jeu, Tom Kristensen se voit contraint de trouver un nouveau volant pour 2000.

 

A suivre.... 

 


Bibliographie : http://www.tomkristensen.com
 

Pin It