• Héros des 24 heures
    Héros des 24 heures

Noble et recordman du monde

D’origine polonaise, le richissime Comte Stanilas Czaykowski comte Stanislas Czaykowski est né le 10 juin 1899. Il participe à la première guerre mondiale comme volontaire dans l'infanterie française. Ses affaires en Angleterre lui rapporte beaucoup d'argent, il est riche, immensement riche. Possesseur de sept Bugatti, il se lance dans la compétition à partir de 1929 sur un T37A. S’il n’a pas le statut de pilote d’usine, il met le prix pour obtenir la meilleure préparation de l'usine de Molsheim.

 

Pour la mise au point et l’entretien, le Comte Czaykowski embauche le Sélestadien Jean (Aloyse) Georgenthum. Proche de l’une de ses propriétés située au Cap d’Ail, les travaux de mécanique s’effectuent le plus souvent à la concession Bugatti de Nice, dirigée par Ernest Friederich.

 

Alors qu’à l’époque la majorité des propriétaires d’automobile se font conduire par un chauffeur, les modèles Bugatti représentent le premier choix pour tous ceux qui souhaitent s’asseoir derrière le volant. La clientèle est principalement constituée de nobles ou d’industriels dotés d’une fortune conséquente pour leur permettre d’assouvir leur passion de l’automobile. Contrairement à d’autres constructeurs qui entretiennent leur propre écurie, Ettore Bugatti fait d’une pierre deux coups : il propose à sa clientèle fortunée l’achat de voitures de série et de course, ce qui lui permet, sans avoir recours à de moyens financiers supplémentaires, de multiplier la renommée de la marque.

 

Membre de l'Automobile Club d'Alsace

De nombreux amateurs de vitesse fortunés se lancent dans le grand bain de la compétition au volant de leur Bugatti. C’est le cas du Comte polonais Stanilas Czaykowski.

 Après s'être fait remarquer à ses débuts au volant de voitures de 1000cm3, il passe aux grosses cylindrées.

1929; Czaykowski commence à courir avec un T37A en 1929 (Comminges, 1930 St. Raphael, GP d'Oranie, Lyon, Marne GP, Comminges)

En juin 1930 il achete un nouveau T35C 2L avec un compresseur 8cyl, # 4957, livré par Ernest Friderich de l'agence Bugatti , Nice, avec l'immatriculation 187-NM1 (F).

Czaykowski participe au GP de l'ACF à Pau en 1930, puis en 1931 à Tunis et à Monaco.

En avril 1931 il achete un T51 (2.3 litres DOHC), # 51126?, à Friderich à Nice. il a court avec cette voiture à Casablanca, Genève, à Reims, Dieppe, à Grenoble, et Comminges. Il a gardé également #4957 qu'il utilise pour Monza et Brignoles.

Record vitesse 1931 Czaykowski Bugatti

 

Après avoir remporté le Grand Prix de Casablanca en 1931, Czaykowski bat le record du monde de l’heure le 5 Mai 1933 sur l’Avus, à  213.842 km/h de moyenne sur une Bugatti T54.

Ce record était détenu depuis avril 1932 par l'anglais Eyston sur Panhard avec 210,392 km/h.

Le comte Czaykowski battait par la même occasion les records du kilomètre, du mile et des 5 km.

 

 

 

 

 

Le Mans 1932

Deux Bugatti Type 55 officielles représentent la firme de Molsheim.

Les pilotes de Grand Prix, Guy Bouriat et Louis Chiron sont associés sur la T55 no 15. Bien qu’appartenant au Comte Czaykowski, la Bugatti T55 no 16 est prise en charge par l’usine. Ernest Friederich, retraité des compétitions ressort la combinaison pour une course et sera le coéquipier du Comte. L’équipage tourne à allure régulière assez près des Alfa. A l’aube, la Bugatti no 16 se réveille et revient sur les leaders au rythme d’un tour et demi par heure. A midi, l’Alfa Romeo no 8 de Sommer-Chinetti mène devant la Bugatti revenue à seulement quatre tours. Le suspense va s’arrêter à 12h20. Bouclant son 180ème tour, Friedrich s’immobilise vers Mulsanne. Une canalisation d’huile a cédé.

 

Le Mans 1933

La firme alsacienne ne présente pas de voitures officielles pour le Grand Prix d’endurance des 24 heures du Mans 1933. Deux Bugatti privées figurent aux départ, elles sont engagées par deux fidèles ‘Bugattistes’ : Guy Bouriat et le Comte Stanilas Czaykowski sur la T51A n°23.

Pointé un moment en 9ème position, la Bugatti no 23 abandonne au 52ème tour sur problème électrique. A ce stade de la course, elle figurait en 15ème position. (701,584 km)

 

Comte Stanilas CzaykowskiMonza fatal au Comte Stanilas Czaykowski

1er juillet 1933, victoire du Comte Czaykowski au British Empire Trophy à Brooklands sur Bugatti T54.

10 septembre 1933. Sur le circuit de Monza, le comte remporte sur son Type 54 no 20 de 4,9L la première manche éliminatoire. Lors du dernier tour de cette course, la Duesenberg du comte Felice Trossi casse un piston et les 22 litres d’huile se répandent sur la piste.

Lors de la seconde manche, les italiens Mario-Umberto Borzacchini (Maserati) et Giuseppe Campari.(Alfa Romeo) trouvent la mort après avoir perdu le contrôle de leurs bolides en passant sur la flaque d’huile. 

Lors de la finale, le Comte prend la tête après 4 tours et s’adjuge le record du tour à 187.934 km/h de moyenne. Lors du 8ème tour, Stanislas Czaykowski se tue dans la Vedano Curve (après avoir dérapé sur la flaque d’huile ?). La course est interrompue après 14 tours sur les 23 prévus.

 

 

Back to Top