As de l'aviation, Pilote automobile, Ingénieur et Ministre

André Moynet André Rémy Moynet est né le 19 juillet 1921 à Saint Mandé (Seine). Né d'un père gérant de société à Paris, André Moynet s'intéresse très jeune à l'aviation ; avant même l'obtention de son baccalauréat, qu'il prépare au lycée Voltaire, il passe son brevet de pilote de planeur à l'âge de dix-sept ans. Un an plus tard, le 2 septembre 1939, il s'engage comme volontaire dans l'armée de l'air.
 

 

En février 1940, il est breveté pilote militaire. Il participe d'abord à la campagne d'Angleterre au sein du groupe de chasse aérienne "Alsace", puis aux campagnes du Cameroun, du Tchad et du Gabon ; il est fait chevalier de la Légion d'honneur à 20 ans. En 1942, il est affecté au groupe de chasse n° 2 "Ile-de-France", et prend part aux premières campagnes offensives telles que l'opération de Dieppe, abattant six avions ennemis. Volontaire en 1943 pour faire partie d'une escadrille aérienne du régiment "Normandie - Niémen", où il est capitaine, il abat encore six avions sur le front russe (toutes ces victoires sont homologuées).

A la fin des hostilités, André Moynet est fait Compagnon de la Libération le 17 novembre 1945, et officier de la Légion d'honneur (il sera fait commandeur en 1948, à l'âge vingt-sept ans). Egalement décoré de la Croix de Guerre 1939 - 1945 (dix citations), et de deux décorations soviétiques, il est nommé Commandant de l'école de chasse de Toulouse, puis Commandant de l'Ecole des moniteurs de chasse à Tours.

André Moynet quitte l'armée de l'air l'année suivante, prenant sa retraite avec le grade de colonel, et sa carrière prend des directions nouvelles. D'une part, il est désigné chef pilote d'essais au centre de Brétigny. Ingénieur, il s'intéresse aussi à la construction motonautique, mettant au point plusieurs vedettes de mer, et à la construction automobile. André Moynet entame aussi, en 1946, une carrière politique qui va le conduire à occuper des fonctions importantes au Parlement et dans l'exécutif sous les Quatrième et Cinquième Républiques

Il se lance également dans la compétition automobile en participant à plusieurs courses célèbres, comme les 12 heures de Sebring aux Etats-Unis, le 8 mars 1953.

Sebring 1953 DB Panhard HBR de 750cc engagée par Hobart A.H. Cook

Equipage Hobart A.H.Cook (USA)/Andre Moynet (F)

 

Le Mans 1953. Il pilote aux côtés de René Bonnet aux 24 heures du Mans 1953 la D.B. Panhard no 57. L’équipage termine 1er de la catégorie 501 à 750cc. Pierre et Robert Chancel sur la Panhard 600cc no 61 remportent l’indice de performance avec 2/1000 de point d’avance sur l’équipage Bonnet/Moynet qui avait été déclaré vainqueur dans un premier temps.

DB Panhard no 17

Moteur bi-cylindre à plat 745cc

Equipage René Bonnet (Fra) – André Moynet (Fra)

17ème au classement absolu à la distance avec 3192,010 km à la moyenne de 133 km/h

1er de la classe 501 à 750 cc

2ème à l’indice de performance 1,317

 

Le Mans 1954, Il partage la Gordini T30S no 31 avec Charles de Clareur dit Rinen.

Gordini T30S no 31

Moteur 6 cylindres en ligne Gordini 1988 cc

Equipage Charles de Clareur dit Rinen (Fra) – André Moynet (Fra)

Abandon 7ème heure (allumage)

 

De novembre 1954 à Février 1955, il est Ministre chargé de coordonner l'action gouvernementale en faveur de la jeunesse au sein du gouvernement Mendès-France.

En Mai 1955, la Caravelle s'envole pour la première fois. Aux commandes Pierre Nadot et son copilote André Moynet.

Le 28 mai 1961, associé à Jean Claude Caillaud sur la Panhard HBR5 no 52 engagée par René Bonnet, il termine  38ème des 1000 KM du Nurburgring.

 

Le Mans 1961. Il pilote la D.B. Panhard HBR no 45 avec Jean Claude Vidilles. 

24h lemans 1961 db Panhard 45

DB Panhard HBR no 45 Groupe S

Moteur  bi-cylindre à plat Panhard 848cc

Equipage Jean Claude Vidilles (Fra) – André Moynet (Fra)

19ème au classement général à la distance avec 3268,976 km à la moyenne de 136,207 km/h

3ème de la classe 701 à 850 cc

 

Toujours en 1961, André Moynet va mettre en relation M.Chassagny PDG. de la société Matra (Mécanique Avion TRAction) et René Bonnet. Matra est intéressé par l’activité polyester de Bonnet. Pour Matra, c’est la découverte du sport automobile….  L’histoire ne fait que commencer.

De 1962 à 1967, André Moynet est Président de la Commission de la Défense nationale à l'Assemblée nationale.

Travaillant pour le compte de Matra, Il donne son nom à 2 avions d’une conception assez révolutionnaire dite push-pull. Une hélice à l’avant tire et une autre à l’arrière pousse.

Le Moynet M-360-4 Jupiter

Le Moynet M-360-6 Jupiter 

De 1967 et jusqu’en 1975, il est le PDG des Etablissements Saint-Chamond Granat à Courbevoie, une firme spécialisée dans la production d’équipement pour l’industrie aéronautique.

Début 1968, André Moynet recrute Jacques Hubert, ancien responsable du bureau d’études chez Bonnet. L’objectif est de concevoir une voiture de course et de s’engager aux 24 heures du Mans.Le moteur est un issu du coupé 1200S Simca (Société Industrielle Mécanique et de Carrosserie Automobile) et la boite d’origine Renault. La voiture effectuera un galop d’essai à Montlhéry lors des 1000 km de Paris 1968 (Simca XS no 52).

24h lemans 1968 Moynet XS

 

Le Mans 1968-Moynet XS no 54

Moteur L4 Simca 1204cc d’environ 100cv à 6800tr/min

Equipage Max Jean(Fra) – René Ligonnet (Fra)

48ème temps des essais en 4’48’7 moyenne 167,954 km/h

Max JEAN s’arrête au 8eme tour victime d’un problème d’huile. L’arbre d'entrainement de la pompe à huile est cassé et la panne ne pourra être réparée. L’abandon sera officialisé après 3 heures de course.

Pour le Mans 1970, la candidature de la Moynet LM70 n’est pas retenue par l’Aco.

Il faudra attendre 1975 pour retrouver une Moynet au Mans.

 

André Moynet est décédé le 2 mai 1993 à Nice.

 


Bibliographie

 

http://www.assemblee-nationale.fr

http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/1057.html

A lire

André Moynet, pilote de combat par C.H. Leconte