Le Mexicain volant

Pedro RodriguezPedro Rodriguez est né le 18 Janvier 1940 à Mexico. Il est de 2 ans l'ainé de Ricardo. Issu d'une famille aisée, il va aborder les sports mécaniques dés l'âge de 12 ans au guidon d'une Adler. A 14 ans, il est champion du Mexique de moto en 500cc. Il se lance dans la compétition automobile dés l'âge de 15 ans au volant d'une Jaguar XK120. En 1957, 'los hermanos Rodriguez' s'engagent à Sebring, Ricardo (15 ans) au volant d'une Porsche et Pedro sur une Ferrari. L'objectif suivant sera l'Europe et les fameux 24 heures du Mans. 

 

Le papa, Don Pedro Natalio Rodríguez Quijada offre aux jeunes gamins une Ferrari 500 Testa Rossa. Ils débarquent dans la Sarthe en 1958, mais l'engagement de son frère Ricardo sera refusé en raison de son trop jeune âge. Pedro fera finalement équipe avec José Behra, l'équipage abandonnera à mi-course.

Aux 24 heures du Mans 1959, l'équipage Rodriguez s'engage sur une modeste Osca de 750cc, ils abandonneront alors qu'ils menaient leur catégorie.

Pour les 24 heures du Mans 1960, Pedro fait équipe avec Scarfiotti sur une Ferrari TR1 60. Ils abandonneront cette fois-ci sur panne d'essence dans la 3eme heure de course. Ricardo, le petit frère, réalise un véritable exploit en terminant 2ème.

Le Mans 1961, Pedro (21ans) et Ricardo (19 ans) s'engagent sur une Ferrari TR1 61 du Nart. Ils seront les héros de cette édition. Les petits jeunes au volant de leur Ferrari privée vont longtemps mener la course devant l'écurie Ferrari officielle. Ils deviennent les 'chouchoux' du public. Hélas, Ils devront abandonner sur casse moteur au cours de la 23eme heure.

 

Lors des 24h 1962, les deux frères disposent d'une Dino 246SP. Des problèmes de boîte de vitesses vont les contraindre à l'abandon peu après la mi-course. Ils prennent leur revanche rapidemment en terminant 2ème dés 1000 km du Nurbürgring, puis 3ème aux 12 Heures de Sebring et triompheront aux 1000 km de Paris. Le 11 novembre 1962, Ricardo se tue lors des essais du Grand Prix du Mexique de Formule 1. Cet épisode va terriblement marquer Pedro. Il fera son retour à la compétition pour les 3 heures de Daytona en janvier 1963, au volant d'une Ferrari du Nart et remportera cette  compétition. Il débute cette même année en F1 chez Lotus. 

1963 3ème aux 12 Heures de Sebring, 1er 300 Miles de Daytona sur Ferrari 250 GTO, 2ème à Bridgehampton.  

1964 1er aux  2000 km de Daytona avec P.Hill sur Ferrari 250 GTO.

1965 1er aux 12 Heures de Reims avec Jean Guichet sur Ferrari 365 P2.

1966 3ème aux 1000 km du Nurbürgring sur Ferrari avec Ginther sur Ferrari Dino. 

1967 Il effectue sa 1ere saison complète en F1 sur une Cooper-Maserati et remporte sa 1ere victoire en Grand Prix en Afrique du Sud. Il termine le championnat à la 6eme place. 3ème aux 24 Heures de Daytona sur Ferrari P3/P4 avec Jean Guichet.

1968 Au volant de sa Brm, il va monter 3 fois sur le podium.

Les 24 heures du Mans 68 se déroulent en septembre, il partage le volant de la Ford GT40 du Team Wyer avec Lucien Bianchi. Les Porsche de Stommelen et Siffert dominent le début de course mais seront victime d'ennuis mécaniques. A 22 heures, Pedro Rodriguez prend la tête de l'épreuve et conservera sa position jusqu'à l'arrivée.  

24h lemans 1968 Victoire Rodriguez Bianchi

(photo annee automobile)

1969 En F1 chez BRM pour les 3 premiers Grands-Prix puis chez Ferrari pour la suite de la saison. Meilleur place : 5ème aux USA sur Ferrari. Il devient pilote officiel chez Ferrari en Sport-Prototype avec la 312 terminant 2ème aux 1000 km de Spa avec David Piper et effectue quelques courses sur la Matra 650, comme coéquipier de Servoz-Gavin à Watkins-Glen, puis termine à la 2ème place des 1000 km de Paris avec Brian Redman.

1970 De retour chez BRM, ce sera une grande année pour le pilote mexicain. 1er en Belgique, 2ème aux USA, 4ème en Autriche et Canada, 6ème à Monaco et au Mexique. Il finira 7ème au classement final du Championnat du Monde. Il remporte le Sping Trophy, une épreuve hors championnat à Oulton Park. En sport proto, il est pilote officiel du team John Wyer et pilote la fabuleuse Porsche 917 aux couleurs Gulf. 1er aux 1000 km de Brands-Hatch, 1000 km de Monza, 6 Heures de Watkins-Glen avec Leo Kinnunen sur une 917. 2ème à la Targa Florio sur une 908/3 avec Jo Siffert.

Il dompte la puissance de la monstreuse 917 dans toutes les conditions. Son pilotage est spectaculaire. Avec Jo Siffert, ils vont transformer les courses d'endurance en véritable sprint. On gardera en mémoire le fabuleux mano à mano contre Jo Siffert lors des 1000 kms de Spa. Au Mans, ou il figure parmi les favori, sa Porsche 917 manquera de fiabilité.

1971 toujours chez BRM, il dispute 5 grand prix. En sport proto, au volant de la 917, les trophées s'accumulent. 1er aux 24 Heures de Daytona, 1000 km de Monza, 1000 km de Spa et 2ème aux 1000 km de Buenos Aires avec Jacky Oliver. 1er aux 1000 km d'Autriche avec Richard Attwood. 2ème aux 1000 km du Nurbürgring sur une 908/3 avec Jo Siffert.

Aux 24 Heures du Mans 71, Pedro renouvelle son duel avec Siffert. Tous deux disposent de 917 longues queues, qui frisent les 400 km/h dans les Hunaudières. Au Tertre Rouge et sur toute la ligne droite c'est un chassé-croisé incessant, comme à Spa l'année précédente. Les deux Porsche trop longtemps poussées dans leurs derniers retranchements, n'iront pas jusqu'au bout. 

 

11 juillet 1971, circuit du Nosiring près de Nuremberg 

 

 

Le deuxième dimanche de juillet est jour de course à Nuremberg (Allemagne). C'est une tradition depuis 30 ans. Ce 11 Juillet 1971, se disputent leq 200 Miles de Nuremberg.

 

Herbert Müller, un pilote Suisse, vient de racheter à Steeve Mc Queen, deux Ferrari 512 qui avait été utilisées lors du film Le Mans.

 

Pedro Rodriguez est agé de 31 ans, au volant de la Porsche 917 du team de John Wyer, il vient d'être sacré pour la 2eme année consécutive, champion du monde des pilotes.   Ce week-end là, le pilote mexicain devait courir en Can-am au volant de sa BRM, mais hélas, la voiture n'était pas prête. Herbert Muller qui avait couru la Targa Florio avec Pedro Rodriguez quelques mois plus tôt lui proposa de prendre le volant de la Ferrari pour cette course. BRM et John Wyer ne s'y opposant pas, il accepta l'offre. Après un passage rapide à Paris, il se rendit à Nuremberg pour les essais du samedi.

 

Le circuit du Nosiring est un circuit sans grande difficulté, propice aux hautes vitesses. C'est une piste en L de 3.940 m avec aux extrémités une courbe assez large et un virage très serré. Le plus déconcertant est cette vieille tribune ou Hitler assistait jadis aux défilés, elle surplombe un S et un pont pour pénétrer à l'intérieur de la tribune.

 

Après les premiers essais, Pedro est fasciné et personne ne devrait pouvoir lui disputer la victoire. Parmi les opposants, il y a des noms célèbres Bonnier, Gethin, Craft et des pilotes qu'il a croisé mainte et mainte fois dont son ex-coéquipier, Lis Kinnunen, au volant d'une Porsche 917. Ce dernier n'apprécie guère le passage du S et le trouve extrêmement dangereux.

 

Pedro Rodriguez est la tête d'affiche, et sa présence attire un nombreux public. Le samedi soir, il dine avec d'autres pilotes, il commente : "J'espère que le pluie ne viendra pas. Avec la pluie c'est plus amusant, mais c'est aussi plus dangereux". Pourtant, il sait que sous la pluie, il est imbattable.

Dimanche matin Pedro envoie un télégramme au Mexique à son père. "Je coure aujourd'hui à Nuremberg ; j'appelle après la course". Il  arrive au circuit et signe de multiples autographes. Il est sûr de gagner, sa Ferrari 512M est très rapide.

 

La stratégie de course élaborée avec Müller est simple : prendre la tête et gagner. Il discute aussi avec Kinnunen, ils conviennent de manger ensemble après la course à  la condition que celui qui perd paiera le repas. Pedro est confiant, c'est une course sans importance qu'il va facilement gagner, c'est un peu comme un week-end de vacances bien payées.

 

Dés le départ, il prend la tête et à chaque passage son avance augmente. Dés le 5eme tour, il rattrape les attardés et commence à les doubler. Au 11eme passage, il devance Kinnunen et Craft et rejoint le pilote Allemand Kurt Hild à l'approche du S.  La Ferrari se fracasse contre le rail, rebondit vers la piste et prend feu immédiatement. Certain avance un problème technique, un problème avec une roue. On retrouvera la 4eme roue a plus de 250 m de l'impact, distance trop importante pour que la roue puisse avoir roulée seule après le choc. D'autre suggèrent que le retardataire ne l'a pas vu dans ses rétros et lui aurait involontairement fermé la porte.

 

Ce qui est certain, c'est que la Porsche blanche de Hild a heurté légèrement la Ferrari après l'impact, alors qu'elle était déjà en feu. Hild se défendra "J'ai vu que Rodriguez s'approchait et je me suis rangé à droite pour qu'il puisse passer. C'est une manoeuvre régulière qui s'est produite 400 m avant l'accident. Il roulait à environ 220 km/h et au moment de l'accident, j'étais à environ 120m derrière".

 

Sur les voitures, on ne retrouve pas de marque d'accrochage, bien qu'il soit possible que Pedro ait pu être déséquilibré ou qu'une roue ait pu être endommagée. L'origine de l'accident restera un mystère.

 

La Ferrari est en feu et un commissaire courageux, Helmut Schlosser, s'approche pour combattre l'incendie pendant que la ronde continue. Il faudra 2 minutes pour ouvrir la voiture.

 

Le pilote est inanimé, il souffre de brulures sur une grande partie du corps et de multiples lésions profondes. Le médecin va le ramener à la vie à 3 reprises durant le transfert. Peu avant l'arrivée à la clinique, le 4eme arrêt cardiaque sera le dernier. Pedro Rodriguez vient de décéder, 9 ans après son frère Ricardo, c'est une terrible tragédie.

 

 

Traduction approximative d'un extrait du journal "EL ECONOMISTA", intitulé "Los hermanos Rodriguez" et signé Carlos Eduardo Jalife Villalónde.

 

 

  Pedro Rodriguez 
14 participations - 1 victoire(s) - 12 abandon(s).
Résultats  Voiture  Pilotes
1958  Abandon  Ferrari 500 TR  N° 25  Behra, Rodriguez
1959  Abandon  Osca Sport 750 TN  N° 51  Rodriguez, Rodriguez
1960  Abandon  Ferrari TR1 60  N° 12  Scarfiotti, Rodriguez
1961  Abandon  Ferrari TR1 61  N° 17  Rodriguez, Rodriguez
1962  Abandon  Ferrari Dino 268 SP  N° 28  Rodriguez, Rodriguez
1963  Abandon  Ferrari 330 TR  N° 10  Rodriguez, Penske
1964  Abandon  Ferrari 330 P  N° 15  Rodriguez, Hudson
1965  7ème  Ferrari 365 P2/P1  N° 18  Rodriguez, Vaccarella
1966  Abandon  Ferrari 330 P3 Spyder  N° 27  Rodriguez, Ginther
1967  Abandon  Ferrari 330 P 3/4  N° 25  Baghetti, Rodriguez
1968  1er  Ford GT 40  N° 9  Rodriguez, Bianchi
1969  Abandon  Ferrari 312 P Coupé  N° 18  Piper, Rodriguez
1970  Abandon  Porsche 917 K  N° 21  Rodriguez, Kinnunen
1971  Abandon  Porsche 917 LH  N° 18  Rodriguez, Oliver