Le Mans 20 et 21 juin 1964

Pour contrer Ferrari vainqueur depuis 1960, Ford dévoile un nouveau prototype. Regain d'intérêt également en GT avec le duel très indécis que livre les nouvelles Cobra Daytona aux Ferrari GTO. Il n'en faut pas plus pour que les 24 Heures du Mans retrouvent tout leur lustre et fassent le plein d'engagés.

Ford avait l'ambition de racheter Ferrari, mais malgré une offre de 18 millions de dollars, Enzo Ferrari résistera.  Ford décide alors de contrer Ferrari sur son terrain : la compétition. 1964 marque donc le début d'une nouvelle ère puisque le géant Ford débarque en endurance avec l'aide de Lola. 

24h lemans 1964  ford gt 40

La firme U.S. engage trois GT40 (V8; 4,2 litres) avec de très grands pilotes au volant  Phil Hill-McLaren, Ginther-Gregory et Schlesser-Attwood. Chez Ford l'amélioration de la puissance ne passe pas par des mécaniques sophistiquées ni des hauts régimes; on privilégie volontiers l'élévation de la cylindrée.

 

Tenant du titre et toujours souverain en Prototype dans les épreuves du début de saison, Ferrari aligne trois 275 P (moteur 3.3 litres) pour Guichet - Vaccarella, Parkes-Scarfiotti et Baghetti-Maglioli et une 330 P (4 litres) pour Surtees-Bandini. L'équipe officielle est soutenue par les 330 P du NART (Rodriguez-Hudson) et de Maranello Concessionnaires (Bonnier-Graham Hill) et les deux 250 LM de Piper - Rindt et Dumay - Langlois. Face cette armada

Toujours animée par son gros moteur 5 litres, mais affichant une ligne affinée, la Maserati 151 de Trintignant - Simon entend bien semer le trouble dans le duel des deux "Grands", alors que le deux Sunbeam Tiger à moteur Ford V8 ainsi que l'Iso à moteur Chevrolet 5.3 litre, plus proches de GT que de véritables prototypes, affichent des ambitions plus modestes. Grande bataille en perspective dans la catégorie GT où quatre Ferrari GTO 64 font face aux deux coupés Cobra Daytona de l'équipe Shelby et à un roadster modifié aligné par l'usine AC. En catégorie deux litres, la victoire ne devrait pas échapper à Porsche venu en force avec deux prototype 904 à moteur 8 cylindres et cinq GTS quatre cylindres. Enfin, quatre Alpine Renault, cinq René Bonnet et deux CD Panhard se disputeront la victoire en petite cylindrée et à l'Indice de performance.

Dès les essais, les Ford GT 40 affiche leurs ambitions avec une vitesse supérieure à 300 km/h dans les Hunaudières. Ce ne sera pas suffisant pour déloger John Surtees de la pole position.

24h le mans 1964 depart

En course, Ginther sur sa Ford, va boucler la première heure en tête avant d'être déborder par Surtees, alors que la GT 40 de Schlesser-Attwood 2eme apres 4 heures de course disparaît (incendie) et que celle de P. Hill - McLaren navigue en queue de peloton. Ginther-Gregory connaissent des problèmes de boîte de vitesses. A 21 heures, c'est l'abandon pour la Ford de pointe et les Ferrari de Surtees, Guichet et Bonnier s'installent aux trois premières places, mais en GT, les GTO sont totalement surclassées par les Cobra Daytona. Pendant la nuit, la Ford GT 40 de P. Hill - McLaren effectue une spectaculaire remontée qui la ramène à la 4e place dans le sillage des Ferrari. Malheureusement, la transmission finit par céder et le duel tant espéré n'aura pas lieu. En tête, les trois Ferrari ne seront plus inquiétées. Ralentis par des problèmes de freins et d'alimentation, Surtees - Bandini ont dû céder le commandement à la mi-course à Guichet-Vaccarella.

24h le mans 1964 ferrari

Surtees-Bandini perdront ensuite leur seconde place au profit de la 330 P de Bonnier et Graham Hill et c'est dans cet ordre que les voitures termineront, signant au passage le huitième succès pour Ferrari au Mans. Elles précèdent la Cobra Daytona de Gurney - Bondurant, magnifiques 4e et vainqueurs en GT. En s'imposant au Mans, chasse gardée de longue date de Ferrari, les Cobra ont ouvert une brèche dans la forteresse italienne et rendent moins amer le cuisant échec des GT 40. Enfin, Alpine enlève son premier succès aux 24 Heures en s'adjugeant l'Indice avec la petite M 64 à moteur Renault 1150 cm3.

Aucune Jaguar à l'arrivée, les deux « E légères » durent abandonner en raison de problèmes mécaniques.