1928 Tracta, une petite gorgée et un pas de danse

24h mans 1928 tracta 42 gregoire vallonPierre Fenaille n’est toujours pas rétabli de son terrible accident de 1927 et la société Tracta survit grâce aux avances financières de son père, Maurice Fenaille.

Malgré les difficultés financières, son associé J.A. Grégoire parvient à aligner 3 voitures aux 24 heures du Mans 1928. Il s’agit d’une des premières Gephi et de deux nouveaux prototypes, l’un de 1100cm3 et l’autre de 1500cm3.

 

Après ses brillants et tumultueux débuts au Mans en 1927, J.A. Grégoire choisit de s’aligner sur le nouveau modèle 1100cm3, il partage son volant avec Fernand Vallon.

 
 
 

La 1500 n°29 est pilotée par Louis Balart et Maurice Benoist, (A priori le frère de l’illustre Robert Benoist) 

La Gephi n°31 est confiée à Roger Bourcier et à l’argentin Hector Vasena.

 

Les essais

 
Les consignes de Grégoire sont strictes, il faut se qualifier pour la coupe biennale nouvellement créée, c'est-à-dire qu’il est impératif de franchir la ligne d’arrivée. Le concurrent direct dans la catégorie se nomme Salmson qui tourne à plus de 92 km/h de moyenne. La tâche s'annonce particulèrement difficile car même en attaquant, Grégoire ne parvient pas à dépasser pas le 90.
 
Pour ne prendre aucuns risques côté fiabilité, le tableau de marche Tracta est fixé à 80 km/h avec le secret espoir que les Salmson connaissent des soucis.

 

 

Samedi 16 juin - 16h00. 33 bolides prennent le départ. En tête, Bentley et Stutz se livrent un duel sans pitié. 

La Tracta n°29 est retardée par des soucis mécaniques peu avant la fin de la 2ème heure.

 

1928 Tracta 31

 

Au 30ème tour, la Salmson n°30 abandonne sur panne moteur, mais la Salmson 35 domine la petite catégorie.

 

 
Sur la Tracta 42, la goupille du levier de vitesse casse. Grégoire est obligé de conduire une heure uniquement en 4ème vitesse avant que son équiper Vallon, excellent pilote et mécanicien, puisse le relayer pour réparer (Le règlement impose que seul le pilote peut intervenir pour réparer). L’épingle de Ponlieue qui se négocie à 20 km/h devient vite un calvaire car caler serait synonyme d’abandon.

 

 

1928 Tracta 31 29

 

Deux heures avant l’arrivée, les Tracta tournent en peloton.

 

Sur 33 voitures au départ on compte 17 voitures à l’arrivée dont les 3 Tracta.qui réalisent une superbe prestation d’ensemble. La traction avant Tracta vient de prouver sa fiabilité dans la compétition la plus exigeante.

 

La victoire à la distance revient à la Bentley de Barnato Rubin après avoir parcouru 2669 km à 111 km/h de moyenne.

A l’indice de performance, la Tracta n°42 termine 3ème de la IVe coupe biennale Rudge-Whitworth 1927-1928. La Salmson trop rapide pour les Tracta, remporte fort logiquement la coupe.

 

Au lendemain de la course, une nouvelle pour le moins surprenante attendait Grégoire

 

Le lundi matin, je pris la Gephi de Vasena pour me rendre au circuit. Des campeurs, installés dans les bois à la sortie du virage d’Arnage, m’interpellent.

 

-  Nous avions reconnu la voiture de Vasena. Nous pensions que c’était lui.

 

-  Vous vouliez le voir ?

 

-   Oui. Quel type extravagant !

 

-  Pourquoi ?

 

-  A chaque tour, il arrêtait sa voiture devant notre tente. Il descendait, buvait une gorgée, esquissait un pas de danse. Puis, après avoir consulté ses chronos, il repartait tranquillement. Il a fait ça pendant les vingt-quatre heures.

 

La surprise me coupa toute répartie.

 

Avant le départ, j’avais menacé Vasena de l’arrêter s’il tournait à plus de 80 de moyenne. Deux chronos ficelés sur son volant, il avait scrupuleusement suivi son tableau de marche. Ce que j’ignorais, c’est qu’il poussait à fond sur tout le parcours et qu’il s’arrêtait une minute à chaque tour pour respecter le temps que je lui avais fixé.

A mon retour, je le questionnai. Il s’esclaffa. Ses arrêts ? une bonne plaisanterie. Que pouvais-je lui reprocher ? N’avait-il pas conduit sa voiture à l’arrivée dans les conditions imposées ?

Il ajouta que, si je l’avais laissé rouler à sa guise, il battait la Salmson.

 

Jean Albert Grégoire

50 ans d' automobile - Flammarion - 1974

 
 

     

 

 

24 Heures 1928

Tracta N°29

 

 

Moteur : L4 SCAP 1481 cm3

 

 

Pilotes :

Louis Balart FRA

Maurice Benoist FRA

1928 Tracta 29

Résultats :

12ème

Distance

2.060km - 85,83 km/h

xx tours

  

 
 

24 Heures 1928

Tracta N°31

 

 

Moteur : L4 SCAP 1099 cm3

 

Pilotes :

Roger Boursier FRA

Hector Vasena ARG

1928 Tracta 31 29

 

 

Résultats :

16ème

Distance

1.905km - 79,38 km/h

xx tours

 
 

   

24 Heures 1928

Tracta N°42

 

 

Moteur : L4 SCAP 1085 cm3

 

 

Pilotes :

Jean Albert Grégoire FRA

Fernand Vallon FRA

 

1928 Tracta 42

(Photo D.R.)

Résultats :

17ème

Distance

1.871km - 77,96 km/h

xx tours

  

 

Bibliographie

50 Ans d'automobile - Jean Albert Grégoire

24 heures du Mans - Teissedre - Moity 

 

Crédit Photographique

LAT Photo www.latphoto.co.uk   Special thanks for Austin Harris www.austinharris.co.uk