Corvette Racing a débuté aux 24 Heures de Daytona en 1999 avant de passer en American Le Mans Series, l'une des voitures étant préparée par Riley & Scott, l'autre par Pratt & Miller. Depuis 2000, les Corvette sont préparées à Detroit par Pratt & Miller, équipe ayant auparavant construit les Intrepid-Chevrolet engagées en IMSA.
 
Un an après ses débuts, la Corvette a frôlé la victoire à Daytona, où J. Bell/Fellows/Kneifel ont terminé deuxièmes. Alignées au Mans pour la première fois à titre officiel, les C5-R ont terminé troisième et quatrième en GTS derrière les Viper/Oreca qu’elles ont enfin battues au Texas.  
A partir de 2001, la Corvette est devenue la référence de la catégorie, remportant les 24 Heures de Daytona au classement général, grâce à Fréon/Fellows/Kneifel/O’Connell. Les C5-R ont signé un doublé au Mans en GTS, Fellows/O’Connell/Pruett terminant huitièmes au classement général. Elles ont également remporté le titre constructeur en ALMS, avant de confirmer en 2002 en s'imposant aux 12 Heures de Sebring , puis aux 24 Heures du Mans avec Fellows/Gavin/O’Connell. Après avoir remporté tous les titres ALMS dans la catégorie GTS, Corvette Racing a entamé 2003 par un nouveau succès à Sebring, mais les C5-R ont été battues au Mans par une Ferrari préparée par Prodrive.  
 
L'équipe s'est consolée en remportant les trois titres ALMS et a mis les bouchées doubles pour retrouver sa suprématie dans la Sarthe en changeant notamment de manufacturier pneumatique, passant de Goodyear à Michelin. Le résultat ne s'est pas fait attendre puisque Fellows/O’Connell/Papis ont terminé quatrièmes à Sebring et premiers en GTS. Un résultat confirmé au Mans en 2004 par un doublé, Gavin/Beretta/Magnussen devançant Fellows/O’Connell/Papis. Invaincues en ALMS, les Corvette ont remporté un quatrième titre, Follows et O'Connell conservant leur titre Pilotes.
 
En 2005, la C6.R a pris le relais, accumulant aussi les succès, dont un doublé au Mans. Gavin/Beretta ont également remporté le titre ALMS avant de récidiver en 2006. L’année de tous les succès puisqu'ils se sont également imposés à Sebring et au Mans en compagnie de Magnussen (4e au classement général). En 2007, le trio a récidivé à Sebring et Gavin/Beretta ont à nouveau dominé l'ALMS, mais ils ont abandonné au Mans, O’Connell/Magnussen/Fellows se contentant de la deuxième place en GT1 derrière Aston Martin.
 
En 2008, les Corvette ont poursuivi leur domination en ALMS, O’Connell/Magnussen remportant le titre, agrémenté de victoires partagées avec Ron Fellows à Sebring et Petit Le Mans. En revanche, le trio s'est contenté de la deuxième place des GT1 au Mans, ayant à nouveau subi la loi de Prodrive qui a conduit Aston Martin à sa seconde victoire d’affilée.
 
En 2009, O’Connell/Magnussen/Garcia l'ont emporté à Sebring et au Mans, pour la dernière sortie de la Corvette C6.R GT1 sous les couleurs officielles. La GT2 a pris le relais en ALMS à partir de Mid-Ohio, remportant sa première victoire à Mosport, au Canada.
 
2010 a commencé dans la douleur à Sebring, ce qui imposait une revanche au Mans... pour marquer le 50e anniversaire de la première apparition des Corvette dans la Sarthe ! Las, un double abandon sur moteur cassé après des faits de courses non imputables aux pilotes Corvette créait une terrible désillusion pour les Américains.
 
En 2011, deux toutes nouvelles versions de la C6 ZR1 étaient alignées en compétition. Une voiture qui menait un joli combat à la pointe du peloton LM GTE Pro aux 12 Heures de Sebring mais s’inclinait face aux BMW. Les deux Corvette terminaient aux troisième et quatrième places de la catégorie avant de finir neuvième et deuxième à Long Beach, deuxième manche ALMS 2011. Corvette arrivait avec une soif de revanche nondissimulée aux 24 Heures du Mans. L’écurie américaine renouait avec le succès au terme de la bataille livrée à Ferrari et BMW. La Corvette C6 ZR1 n°73 de Beretta, Milner et Garcia devançait de moins d’un tour à l’arrivée la meilleure Ferrari classée deuxième. La suite de saison en ALMS ne permettait pas à Corvette de briller et BMW subtilisait le titre.
 
En 2012, General Motors engage encore officiellement deux Corvette C6 ZR1 version 2012 en American Le Mans Series et aux 24 Heures du Mans. Changement notable chez les pilotes avec le remplacement d’Olivier Beretta, qui trouve refuge chez Ferrari, par l’Américain Jordan Taylor (l’un des deux fils de Wayne Taylor, l’un des vainqueurs LMP de 1998 au Mans). De nouveau battus à Sebring in extremis par BMW, les Corvette boys prennent leur revanche à Long Beach puis à Laguna Seca où ils signent même le doublé et arrivent aux 24 Heures du Mans en toute confiance. S’ils se sont installés au commandement de l’épreuve, des sorties de piste et des défaillances de boîte de vitesses vont altérer le parcours des Américains dont le bilan fait état d’une voiture, la n°73, dernière de la catégorie, et de la n°74, non classée. La fin de saison 2012 redonne le sourire aux « Corvette Boys » qui décrochent un nouveau titre en ALMS.
 
L’année 2013 commence donc avec de légitimes ambitions concrétisées par des victoires à Sebring puis Laguna Seca en ALMS. Les équipages sont inchangés, les machines ont parfaitement évolué et la soif de revanche est manifeste. Corvette Racing ne veut pas connaître les mêmes soucis qu’en 2012, mais se heurte à Porsche, qui effectue son retour officiel dans la catégorie via Team Manthey, et à Aston Martin, qui a mis les bouchées doubles pour s’imposer à l’occasion du centième anniversaire de la marque. Seules les Ferrari semblent à la portée des Américaines qui manquent cruellement de vitesse de pointe. La n°73 le confirme en les devançant à l’arrivée. Un bon résultat qui échappe à la n°74, victime d’une excursion hors trajectoire rédhibitoire, qui termine juste derrière les deux voitures italiennes. Revenues au pays, les voitures américaines vont engranger trois victoires et autant de podiums pour s’offrir l’ultime titre de champion d’ALMS face à BMW, Viper et Ferrari en GT, donnant une superbe conclusion à la carrière sportive de la Corvette C6 ZR1 qui cède sa place à la Corvette C7.R en 2014.
 
En 2014, pour l’avènement, à Daytona, du nouveau Tudor United SportsCar Championship unifiant l’endurance version ALMS à celle du Grand-Am sur le sol des Etats-Unis, les nouvelles Corvette C7.R ont souffert face aux Porsche 911 RSR éprouvées en Championnat du Monde d'Endurance (WEC) et aux SRT-Viper dont le développement s’est poursuivi. Robin Lidell et Ryan Briscoe ont été respectivement appelés en renfort sur la n°3 et la n°4 pour les deux plus longues épreuves qui lançaient le championnat : les 24 Heures de Daytona et les 12 Heures de Sebring. Il a fallu attendre les sprints de Long Beach et de Laguna Seca pour voir la Corvette C7.R s’imposer par deux fois aux mains d’Antonio Garcia et Jan Magnussen. De bon augure avant les 24 Heures du Mans où Jordan Taylor et Richard Westbrook complétaient les mêmes équipages qu’en 2013. Tous attendaient de la C7.R des qualités à même de relever le colossal défi de battre Porsche, Ferrari et Aston Martin.
Les Américains y ont longtemps cru, mais ont une nouvelle fois subi la loi de Ferrari, la 73 de Magnussen, Garcia et Taylor se classant 2e en LM GTE Pro à un tour seulement des vainqueurs. Néanmoins cette deuxième place sonnait comme une petite victoire avec une voiture tout neuve. La machine sœur ne pouvait faire mieux que 4e de la catégorie (la 74 de Gavin, Milner et Westbrook). La suite de la saison fut plus difficile pour les voitures jaunes qui ont encore gagné deux courses en TUSCC (Watkins Glen et Mosport), mais laissaient le titre leur échapper au profit de SRT Viper.
 
2015, avec une machine désormais éprouvée, est évidemment l’année où les Américains doivent gagner de nouveau au Mans. Leur route vers les 24 Heures du Mans a excellemment débuté grâce à la victoire de Magnussen/Briscoe/Garcia au terme des 24 heures de Daytona et des 12 Heures de Sebring. Las, l’armada de l’Oncle Sam a perdu la C7.R de l’équipage victorieux dès les essais au Mans après que Jan Magnussen est violemment sorti de la piste suite à une casse mécanique. C’est donc en infériorité numérique que les hommes de Doug Fehan se sont présentés au départ des 24 Heures du Mans. Ils n’ont toutefois pas baissé les bras pour autant et l’équipage Gavin/Milner/Taylor s’est imposé dans la catégorie LM GTE Pro, montrant, si besoin était, que le Trophée Spirit of Le Mans décerné à Doug Fehan l’année précédente était amplement mérité. La suite de la saison américaine fut beaucoup plus compliquée puisque la Corvette C7.R ne s’adjugera aucune autre victoire. A Watkins Glen, le duo Garcia/Magnussen échouait au pied du podium avec un châssis emprunté à Larbre Compétition, tandis qu’Oliver Gavin, alors leader de la catégorie, partait à la faute sur une piste humide lors d’un restart. Malchance (Oliver Gavin heurté par un autre concurrent à Road America), stratégie hasardeuse (splash & dash en Virginie pour Gavin/Milner et à Austin pour Magnussen/Garcia), souci technique (problème électronique pour Garcia en Virginie) et météo capricieuse (pluies historiques dans le Sud-Est des Etats-Unis ayant conduit à un drapeau rouge à Petit Le Mans) ont eu raison des espoirs de Corvette Racing de remporter les titres dans la catégorie GTLM. Seule consolation : Magnussen/Garcia se sont arrogés la North American Endurance Cupr (NAEC), mini-championnat dans le championnat qui regroupe les quatre courses longues (Daytona, Sebring, Watkins Glen et Petit Le Mans) de la saison.
 
La saison 2016 a débuté comme la précédente pour Corvette Racing : victoire en GTLM aux 24 Heures de Daytona et aux 12 Heures de Sebring, seul le numéro de la voiture a changé. Il s’en est pourtant fallu de peu pour que Jan Magnussen et Antonio Garcia, désormais épaulés par Mike Rockenfeller, vainqueur des 24 Heures du Mans en 2010 avec Audi, signe un second succès de rang à Daytona. En effet, Oliver Gavin est sorti vainqueur d’un mano a mano d’anthologie avec Antonio Garcia dans les toutes dernières minutes, passant sous le drapeau à damier avec trois centièmes d’avance et permettant à Corvette Racing de signer un doublé retentissant. Toujours associés à Marcel Fässler, triple vainqueur des 24 Heures du Mans avec Audi, la paire Gavin/Milner a réitéré à Sebring moins de deux mois plus tard alors que la voiture sœur de Jan Magnussen, qui venait de prendre la tête de la catégorie GTLM, se faisait harponner par la Porsche de Frédéric Makowiecki peu après la mi-course. Après une course contre la montre des mécaniciens, la voiture pouvait reprendre la piste et terminer à la 9e place de la catégorie. La suite fut moins réussie pour Corvette Racing avec une deuxième place pour Gavin/Milner dans les rues de Long Beach, tandis que Magnussen/Garcia n’ont pu rallier l’arrivée, le second ayant effectué un tête-à-queue, et le pied du podium pour ce dernier et Jan Magnussen à Laguna Seca et une pénalité pour Gavin/Milner, les roues ayant tourné alors que la voiture était encore sur les vérins.  Avec trois victoires en trois courses de 24 heures, la Corvette C7.R, évolution de la version 2015, nouveau règlement LM GTE oblige, était la voiture à battre aux 24 Heures du Mans, même si Corvette Racing accueillait un nouveau membre : Ricky Taylor, le frère de Jordan (toujours présent), qui remplaçait Ryan Briscoe, parti chez Ford. Ce dernier a fait le bon choix car les deux Corvette n'ont pu suivre le rythme imposé par Ford et Ferrari. La C7.R des vainqueurs 2015 étant même contrainte à l'abandon le dimanche matin suite à une sortie de piste de Tommy Milner dans la chicane Dunlop. Toutefois, de retour sur ses terres américaines, Chevrolet ne laissera aucune chance à ses rivaux avec sept podiums, dont trois victoires, en sept courses. Un exploit qui lui permet de coiffer les  trois couronnes Constructeur, Equipe et Pilotes (Gavin, Milner) en fin de saison.
 
2017 6364
 
L'année 2017 a moins bien commencé avec aucune Corvette, aux mains des mêmes six pilotes, sur le podium aux 24 Heures de Daytona. Cependant, les "Vettes" renouaient avec la victoire dès l'épreuve suivante des 12 Heures de Sebring grâce à Magnussen/Garcia/Rockenfeller, malgré une stratégie ruinée par l'entrée en piste de la voiture de sécurité alors que le trio devait ravitailler. La voiture sœur de Gavin/Milner/Fässler aura beaucoup moins de chance avec un abandon une heure après le début de la course à cause d'un problème de température d'eau. Ce n'était que partie remise puisque dès Long Beach, Gavin/Milner montaient sur la première marche du podium alors que la victoire semblait promise à la paire Magnussen/Garcia. L'Espagnol est resté coincé derrière un amas de voitures parties à la faute dans le tout dernier virage du circuit urbain, alors que Tommy Milner est parvenu à se faufiler et à filer vers la ligne d'arrivée. L'Américain subira le même sort sur le Circuit of the Americas quelques semaines plus tard, mais au premier virage. Il parvient tout de même à ramener la voiture aux stands et à repartir, mais finira 7e tandis que le tandem Magnussen/Garcia retrouve le chemin de "Victory lane" pour la seconde fois de la saison. Ces trois victoires consécutives permettent à Chevrolet, Corvette Racing et au duo Magnussen/Garcia de virer en tête avant les 24 Heures du Mans. Dans la Sarthe, Jordan Taylor (n°63) sera de retour comme troisième pilote, tout comme Marcel Fässler mais si le premier a disputé les cinq dernières éditions avec Corvette Racing, le dernier était absent depuis 2009 (abandon). Entre-temps, il a raflé trois trophées des 24 Heures du Mans au classement général avec Audi. Ce renfort de poids suffira-t-il à Corvette Racing pour décrocher une neuvième victoire de catégorie en 18 participations ?
 
 

Pin It