• Audi Veni Vidi Vici

Photo du Jour (2)

24 hours of lemans 2017

19ème victoire Porsche aux 24 heures du Mans

Brendon Hartley Earl Bamber  Timo Bernhard

 

Héros du Mans-0622gb

Henry Birkin

Décédé 22 Juin 1933
5 participations
 2 victoires au Mans 1929 et 1931

Paul Frere

Journaliste et pilote

Paul frère est de nationalité belge et il est né au Havre (France) le 30 janvier 1917. Les fonctions paternelles vont l’obliger à voyager et il passera une partie de sa jeunesse en France, en Allemagne et en Autriche. A l‘âge de 9 ans, son oncle lui fait découvrir le sport automobile lors d’une compétition sur le circuit de Spa. En 1940, Il est diplômé de l’école de commerce Bruxelloise de Solvay.

 

1945, il débute sa carrière de journaliste.

Paul frère est un grand sportif et surtout un as de l’aviron, récoltant trois titres nationaux en quatre sans barreur (1946 et 1947) et avec barreur en 1946, sous les couleurs du Sport Nautique Universitaire de Bruxelles.

Passionné par la mécanique, il participe en 1946  à quelques courses de motos sur une Triumph Speed Twin sous le pseudonyme de Frepau (diminutif de Frère Paul).

1948 Lors des 24 heures de Spa, Il participe à sa première course automobile sur une modeste MG qui avait été engagée aux 24h du Mans en 1938 et 1939. Il termine à la quinzième place aux côtés de Jacques Swaeters, le futur importateur belge de Ferrari.

1950 Il remporte sa première victoire au volant d'une Panhard 850cc, en lever de rideau de Liège-Rome-Liège.

Il réédite cette victoire en 1951 puis en 1952 sur une Oldsmobile.

1952 Il pilote une HWM. Il gagne le GP des Frontières à Chimay, une épreuve de F1 hors-championnat et termine 5eme du Grand prix de Belgique de F1.

1953 Il participe aux Mille Miglia en Sicile sur une Chrysler pratiquement de série et il enlève sa classe. En monoplace, Paul commence par une seconde place en F2 au Nurburgring sur une pluie battante.Cette prouesse va attirer l’œil de Porsche

 

24 heures du Mans 1953

Il n’est plus dans la tribune de presse mais bien sur la piste au sein de l’écurie officielle Porsche ou il partage le volant de la 45 avec Richard Von Frankenberg, journaliste et pilote également. Des débuts réussis puisque le tandem remporte la victoire dans sa catégorie.

Paul frère dispute cette même année deux épreuves du championnat de F1 toujours sur une HWM-Alta, sans résultats.

Peu de temps avant Noel 1953, Paul Frère est invité à piloter la Mercedes 300 SLR officielle. Hélas, au mois d’avril 1954, il reçoit une lettre d’Alfred Neubauer qui lui annonce que la voiture ne sera pas prête. Libre de tout engagement, Paul Frère contacte immédiatement Jaguar et Aston Martin. John Wyer alors directeur de l’équipe Aston Martin lui répond favorablement.

 

Les 24 heures du Mans 54

Arrivé à l’hôtel de France de la Chartre sur le Loir, il partage la chambre avec un illustre inconnu, un certain Caroll Shelby. Ce dernier s’est fait remarqué par John Wyer à Aintree. L’Aston Martin est une 2,9L qui n’a pas brillée au court de l’année 1953 mais qui à depuis régulièrement évoluée au point de dominer régulièrement les Jaguar. La no 22 de l’équipage Americano Belge est un ancien modèle  qui plafonne à 230 km/h, soit de l’ordre de 30 à 40 km/h moins vite que les concurrents directs.

La course est difficile et la pluie omniprésente. Caroll Dhelby en voulant suivre le rythme de Briggs Cunningham sort de la piste au virage de Mulsanne. Il lui faut 45 minutes pour se désensabler et revenir au stand. Il n’y a pas de dommage et la voiture repart. Vers 1 heure du matin, Shelby rentre à nouveau au stand et se plaint d’une voiture au comportement bizarre. On met l’avant sur le cric et au 1er coup de mailler sur le chapeau du moyeu Rudge, la roue tombe avec la fusée et le tambour de frein. C’est l’abandon. La fusée s’est cassée suite à une défaillance du roulement sans doute endommagé lors de l’ensablement. Dés le lendemain de la course, John Wyer lui propose un contrat pour l’édition de 1955. Quinze jours après la signature, Alfred Neubauer, patron de Mercedes,  le recontacte et lui certifie que les voitures seront prêtes. L’équipe allemande engage à sa place un pilote français qui avait brillé avec une Talbot en 1953, Pierre Levegh.   

Cette même année 1954, il court également trois courses du championnat F1 avec l'écurie Gordini, mais  la chance ne lui sourit pas, la voiture bleue l'oblige à abandonner.

1955 Il court avec Ferrari et relaie Piero Taruffi à Monaco, pour terminer à la 8ème place. Il dispute également l'épreuve belge, terminant à la 4ème place.

 

Les 24 heures du Mans 1955

Au rang des favorites se trouvent les nouvelles Mercedes 300 SLR dotées d’un aérofrein et un moteur de 300 CV et les Jaguar Type D. Avec seulement un moteur de 2,9L l’Aston Martin ne peut pas avoir de grandes prétentions. Paul Frère est associé à Peter Collins. La course part sur un rythme endiablé, La Jaguar de Mike Hawthorn et la Mercedes de Juan Manuel Fangio se doublent et se redoublent jusqu’à ce terrible accident qui restera à jamais marqué dans les esprits. Mercedes retire alors ses voitures et Jaguar va connaitre des soucis. L’Aston Martin de Collins se retrouve à la 3ème place juste derrière la Maserati de Musso. Peu après 6 heures du matin, Paul Frère double la Maserati. L’Aston Martin termine finalement 2eme au général et 1ere de la catégorie 3 Litres.

Paul Frère est sacré Champion de Belgique des conducteurs, et médaille d'argent du Mérite Sportif 1955

1956, le 3 juin, Grand Prix de Formule 1 de Belgique. C’est le déluge sur le circuit de Spa. Sur sa Ferrari,  il termine à la deuxième place derrière son coéquipier Collins (c’est encore et toujours le meilleur résultat d’un pilote belge dans son Grand Prix national. Il se classe 7eme du championnat du Monde de F1 1956

En endurance, Paul Frère signe pour Jaguar et il termine 2ème des 12 heures de Reims aux côtés de Mike Hawthorn.

 

Les 24 heures du Mans 1956

Les trois Jaguar sont les grandes favorites. Paul Frère est associé à Dennis Titterington, un jeune irlandais du nord.

La piste est humide. A 16h00 moins quelques minutes, Paul Frère se dirige vers le petit cercle tracé sur la piste du côté opposé au stand. Charles Faroux l’interpelle « Nous comptons sur vous, Frère ; cette année, un homme qui pilote avec un peu de tête et dispose d’un Jaguar doit gagner. Bonne chance ! ». Hélas, la mise en route du moteur est longue et ses coéquipiers sont partis. Pour Paul Frère, l’ambition est de remonter le plus vite possible en 2eme position derrière Hawthorn.  Peu avant Maison Blanche, c’est chose faite lorsqu’il double la Jaguar 3 de Fairman. L’idéal serait de faire le trou de suite mais la piste est très glissante et Paul Frère va faire  selon ses dires la faute la plus monumentale de toute sa carrière de coureur. Il passe le pont Dunlop puis freine en vue des S du Tertre Rouge. Les roues avants se bloquent et il comprend immédiatement que la voiture ne freinera pas suffisamment pour prendre le 1er virage. Il heurte violement les fascines. La meute arrive et son coéquipier Fairman se retrouve à son tour immobilisé au milieu de la piste. La Ferrari Alfonso de Portago ne peut l’éviter. Après à peine plus d’un tour, 2 des 3 Jaguar sont au tapis. Le désarroi du pilote Belge est extrême. Mike Hawthorn sera par la suite victime d’une fracture d’un tuyau d’injection.

La victoire au général revient finalement à une Jaguar privée, engagée par l’Ecurie Ecosse.

Paul Frère pilote également une Dauphine Renault aux Mille Miglia 1956/59  et aux 12 heures de Sebring 1957 (victoire en classe 1000).

1957 Avec Gendebien, il remporte les 12 Heures de Reims en 1957 et 1958.

 

Les 24 heures du Mans 57

Il intègre l’écurie nationale Belge pour piloter une Jaguar type D aux côtés de Freddy Rouselle. Les chances de victoire sont quasi nulle face aux Jaguar semi-officielles de l’écurie Ecosse, des puissantes Maserati 4,5L et des Ferrari V12 4L. Le début de course est une débâcle pour Ferrari. Peu après minuit, la Jaguar 16 est pointée en 4eme position. Au petit matin, après l’abandon de Gendebien, la Jaguar double la Jaguar de l’écurie Ecosse de Sanderson et accède à la seconde position au général. Malheureusement, une panne d’allumage immobilise Freddy Rousselle pendant 55 minutes sur le circuit. La voiture dégringole en 6eme position avant de profiter des abandons d’une Porsche et de la dernière Ferrari d’usine. L’équipage termine 4eme et complète le triomphe de Jaguar qui monopolise les quatre premières places du classement général.

24h lemans 1957 16 Jaguar Frere

Les 24 heures du Mans 1958

Les succès obtenus par les Porsche face à des voitures plus puissantes incite Paul Frère a demandé de pouvoir piloter l’une d’elles pour l’édition des 24 heures du Mans 1958. Huschke von Hanstein accepte sa candidature. Il partage le Volant d’une 1500 RSK avec Eddy Barth qui va prendre le depart sous un soleil chaud. Hélas, la pluie va noyer le circuit pendant au moins 15 heures sur les 24. Les conditions de course sont difficiles et les sorties de piste se multiplient. Paul Frère dans sa Porsche à carrosserie ouverte est transi de froid. Au lever du jour, la Porsche est 4ème derrière la Porsche 2L de Behra Hermann. Huschke von Hanstein  demande alors d’essayer de faire une arrivée ex-æquo. Finalement mal renseigné par le panneautage de Mulsanne, l’arrivée se jugea côte à côte mais avec un tour d’avance pour la voiture de Behra-Hermann. Une 4ème place au général et victoire de classe récompense l’équipage.

 

Les 24 heures du Mans 1959

Retour dans l’écurie de John Wyer ou il pilote une DB R1 associé à Maurice Trintignant. Face à des Ferrari favorites, Stirling Moss joue le rôle de lièvre pour Aston Martin. Les animateurs du début de course ultra rapide seront rapidement victimes d’ennuis mécaniques et au lever du soleil, c’est un trio Ferrari, Aston, Aston qui mène la danse. Paul Frère et Maurice Trintignant occupent la troisième position jusqu’à ce que la Ferrari de Hill et Gendebien abandonne, victime de son moteur peu après 11 heures. Maurice Trintignant victime de brulures dues à un accélérateur affreusement chaud laisse Paul Frère piloter les 3 dernières heures de course. Le duo Franco Belge termine deuxième et assure un doublé pour Aston Martin qui a joué une stratégie habile.

 

Les 24 heures du Mans 1960

Aucune autre voiture que Ferrari ne semble en mesure de vaincre. Après deux secondes places, Paul Frère propose à Enzo Ferrari de faire équipe avec Olivier Gendebien par l’intermédiaire de l’Equipe Natinale Belge. Le Commendatore accepte immédiatement. La course va très vite se décanter suite à une mauvaise estimation de la consommation. Deux des quatre Ferrari abandonneront victimes de pannes sèches avant le 1er ravitaillement. Une conduite très propre et un peu de chance permettront à Olivier Gendebien d’éviter la même mésaventure car le moteur de la Ferrari 250 TR désamorçait depuis plusieurs kilomètres avant son arrêt ravitaillement. L’équipage Belge fait la différence sous la pluie au cours de la nuit. A l’aube le Ferrari 11 pointe en tête avec trois tours d’avance sur la Ferrari de Rodriguez et Pilette. La voiture marche merveilleusement bien et les deux pilotes ménagerons la mécanique. Paul Frère et Olivier Gendebien remporte la victoire.

24h lemans 1960 11 Ferrari Gendebien Frere

Il prendra sa retraite sportive en 1966.

Consultant pour plusieurs constructeurs, Paul frère manie avec autant de fougue la plume que le volant. Ses articles techniques font référence dans le monde entier (Année automobile, annuels des 24 heures du Mans etc etc). Il testera les plus fascinantes voitures de compétition, entre autre la Porsche 917 en 1970, la Mazda 787 (victorieuse au Mans en 1991) et plus récemment en 2003, sur le circuit du Mans, l’Audi R8 de Biela et Kristensen.

Il fut président du jury européen de la Voiture de l’Année de 1970 à 1985, président de l’Association des Journalistes Belges de l’Automobile de 1962 à 1980, ainsi que vice-président de la commission technique de la Fédération Internationale du Sport Automobile de 1972 à 1984.

De 1962 à 1980, il préside l’Association des Journalistes Belges de l’Automobile (A.J.B.A.). Président du jury de la voiture de l’année (1970-1985), il présente, de 1978 à 1987, l’émission “Der Autotest” sur la chaîne de télévision allemande ZDF. Il assurait il y a encore peu la charge d’European Editor pour la revue américaine Road&Track et contribuait régulièrement au Moniteur Automobile, aux revues japonaise Car Graphic et coréenne Car Vision. En 1993, il a été nommé vice-président à vie de l’association britannique: “The Guild of Motoring Writers”.

 

Paul Frère ne s’était jamais remis d’un terrible accident survenu en septembre 2006  à la suite de l’essai d’une Civic TypeR sur un de ses circuits préférés, le Nürburgring. Après une violente collision, Paul Frère fut emmené dans un hôpital proche de Francfort où les médecins diagnostiquèrent sept côtes cassées, un bassin fracturé, une commotion cérébrale et un poumon perforé. 

Paul frère est décédé le 23 février 2008 à l’âge de 91 ans.

 

  Le palmarès de Paul Frère aux 24 heures du Mans

 

1953 

15ème

Porsche 550

Catégorie : 1101 à 1500
Moteur : F4 Porsche 1495 cm3

Von Frankenberg, Frere

 N° 45

Qualifications : 22ème

Course : 15ème

Distance : 3332 km
Moyenne : 138,83 km/h

1954 

Abandon

Aston Martin DB 3 S

Catégorie : 2001 à 3000
Moteur : L6 Aston Martin 2922 cm3

Shelby, Frere

 N° 22

Qualifications : 38ème

Course : Abandon
11ème heure Train avant

1955 

2ème

Aston Martin DB 3 S

Catégorie : 2001 à 3000
Moteur : L6 Aston Martin 2922 cm3

Collins, Frere

 N° 23

Qualifications : 41ème

Course : 2ème
Distance : 4073 km
Moyenne : 169,71 km/h

1956 

Abandon

Jaguar D Type

Catégorie : 3001 à 5000
Moteur : L6 Jaguar 3442 cm3

Frere, Titterington

 N° 2

Qualifications : 48ème

Course : Abandon
1ère heure Accident

1957 

4ème

Jaguar D Type

Catégorie : 3001 à 5000
Moteur : L6 Jaguar 3442 cm3

 Frere, Rousselle

 N° 16

Qualifications : 44ème

Course : 4ème
Distance : 4169 km
Moyenne : 173,71 km/h

1958 

4ème

Porsche 718 RSK

Catégorie : 1101 à 1500
Moteur : F4 Porsche 1498 cm3

Frere, Barth

 N° 31

Qualifications : 27ème

Course : 4ème
Distance : 3895 km
Moyenne : 162,29 km/h

1959 

2ème

Aston Martin DBR 1

Catégorie : Sport
Moteur : L6 Aston Martin 2993 cm3

Frere, Trintignant

 N° 6

Qualifications : 49ème

Course : 2ème
Distance : 4338 km
Moyenne : 180,75 km/h

1960 

1er

Ferrari TR 59/60

Catégorie : S
Moteur : V12 Ferrari 2958 cm3

Gendebien, Frere

 N° 11

Qualifications : 49ème

Course : 1er
Distance : 4218 km
Moyenne : 175,75 km/h

 

Bibliographie

Le Mans Les 800 Heures Paul Frère 

Des Cobra au Mans Caroll Shelby 

Innovations technologiques

La compétition automobile est  un banc d'essai pour les technologies les plus novatrices.
Frein à disques, phares à iode, anti-brouillard, moteur à turbine
 

Les innovations technologies nées au Mans

Remerciements

C'est grâce à eux, leurs passions, leurs photos, leurs documents Merci et Merci à tous les contributeurs
 

Ils partagent sur les 24 heures.fr

Back to Top